Quali-Famille le partenaire des vacances en famille de qualité
Chateau sable

A tous les parents qui donnent des surnoms à leurs enfants :


A tous les parents qui donnent des surnoms à leurs enfants :

Ma Poule, Poussin, Poussinnette, Chéri(e), ma Puce … Les parents rivalisent d’originalité quand il s’agit de donner un petit surnom à leurs enfants. Peu importe le mot utilisé, néologisme abracadabrantesque ou pas, ils témoignent tous du désir des parents de différencier leurs enfants des autres et soulèvent le niveau de complicité entre parents et enfants.


« Tous les parents donnent des surnoms à leur enfant »

« Quasiment tous les parents donnent des petits noms à leur enfant », confirme Geneviève Djenati, psychologue. « Ça sort tout seul, on n’y réfléchit pas. » Bien qu’ils sortent tout seul et restent bien ancrés pendant des années et des années ensuite, les surnoms ne sont pas totalement dus au hasard, en effet, ils relèvent de l’inconscient du parent.

« Surnoms : une marque d'intimité »

« Le choix des mots n’est en effet pas lié au hasard », poursuit la psychologue. « On les puise dans sa propre enfance, dans la culture familiale, mais aussi dans les projections inconscientes qu’on fait sur son enfant. Ils expriment la relation qu’on voudrait avoir avec lui, le désir qu’on a de se l’approprier – ou pas. »

« Les petits noms sont des marqueurs d’intimité », souligne Geneviève Djenati.

Les pronoms possessifs en sont le révélateur le plus évident : MA puce, MON chéri, MA choupette … Ils mettent en exergue l’ « appartenance » des enfants vis-à-vis de leurs parents et soulignent l’étroitesse de la relation. Tandis que le prénom de l’enfant est utilisé par tout le monde, le petit nom lui, n’appartient qu’aux parents. 
 

« Surnoms : un désir de singulariser son enfant »

Parfois, trop d’originalité tue l’originalité : « J’appelle mon fils ma petite crotte de nez », témoigne un papa. Quand l’orignal se joint au pratique : « Il se reconnaîtra, personne d’autre que lui ne porte ce nom-là ! » Certes …

Il y a aussi ceux qui bricolent ou trouvent des surnoms à rallonge en mettant plusieurs mots les uns à la suite des autres : mon oiseau des îles, mon p’tit loup adoré plein de poils …

« Certains petits noms ont directement à voir avec le physique de l’enfant », observe Geneviève Djenati. « Ainsi Bouboule, ma grosse, ma grassouillette d’amour, mon hamster joufflu, grands-pieds, etc. » Attention à ne pas lui filer des complexes …  « D’autres qualifient le comportement : mon piailleur, mon casse-pieds, mon risque-tout, mon petit père tranquille », poursuit la spécialiste. « D’autres encore qualifient la relation que l’on a avec lui : mon trésor, mon prince, mon soleil, mon cœur. »

Tout ça pour dire : les sources d’inspiration et les surnoms possibles et imaginables ne manquent pas !

Si l’on y regarde de plus près, deux champs lexicaux reviennent très souvent : celui des animaux et celui des aliments. Au moins une fois dans toute la vie de l’enfant, ses parents l’appelleront par un nom d’animal (mon lapin, mon chaton, ma puce …) ou par un nom d’aliment comestible (ma pomme d’amour, ma patate douce, mon chamallow …).


« Surnoms : à poils et à plumes »

« On utilise surtout des noms d’animaux à plumes ou à poils qui traduisent notre envie de caresser », remarque Geneviève Djenati. Mais pourquoi des animaux ? « Tout simplement parce que les jeunes enfants en sont très proches », poursuit la psychologue. « Pour un bébé, l’animal c’est lui. Il s’identifie à cette créature qu’il sent fragile et dépendante comme lui, et il lui attribue des sentiments humains. Nous avons tous été bébés et nous en avons conservé le souvenir. En devenant parents, nous régressons pour nous mettre au niveau de notre enfant. Inconsciemment, bien sûr. »

Les surnoms d’animaux sont révélateurs de la façon dont le parent perçoit son enfant, mais également de la personnalité de l’enfant. Un petit énergique aura plus tendance à être appelé « Ouistiti » plutôt que « Tortue », une petite qui respire la douceur se verra affublée du surnom de « Biche » plutôt que « Moufette », un enfant petit par la taille sera plus un « Poussin » qu’un « Lion » etc.


« Surnoms : je t'aime, je te mange ! »

« Tous ces petits noms [alimentaires] renvoient à la même chose : c’est une façon de dire qu’on aurait envie de manger son enfant », décode la psychologue. « C’est bien connu : quand on aime, on a envie de dévorer l’autre pour se l’approprier. Dans le cas des mères, cela peut aussi traduire l’envie de remettre son bébé en soi pour ne plus faire qu’un avec lui, comme au temps de la grossesse. »

L’expression « mignon à croquer » en est l’exemple concret. Souvent les surnoms « alimentaires » sont des sucreries, toujours plus agréables à manger (envie de sucre quand tu nous tiens …) : « mon sucre d’orge », « ma chouquette », « mon roudoudou », « mon Chamallow », « ma fraise Tagada », « ma pomme d’amour » ...

Mais certains parents préfèrent le salé : « ma cacahuète », « ma biscotte », « ma patate douce », « mon petit pot de beurre » … Ce qui donne des surnoms étonnamment mignons tout de même ! 

« Surnoms : un miroir tendu »

Les enfants ont-ils conscience de ce que signifie(nt) leur(s) surnom(s) ? « Au début, ils n’en saisissent pas le sens », estime la psychologue. « Au ton de la voix, aux mimiques des adultes, ils perçoivent juste qu’il s’agit d’un mot gentil. Mais ensuite, ils enregistrent ce que le mot veut dire. Et lorsqu’il a un sens dans le langage courant (ma princesse, destructor, mon casse-pieds), ils risquent de se conformer à l’image qu’on leur renvoie d’eux. »

Aussi, soyez vigilants avec le surnom que vous donnez à votre enfant :
- Un surnom à consonances « négatives » bien qu’il soit affectif à la base, comme « Brutus » ou « Casse-pieds » peuvent influencer le comportement de l’enfant « Si on m’appelle comme ça, c’est que c’est ce que je suis », vous risquez de l’enfermer dans un rôle qui ne correspond pas forcément à ce qu’il est ou veut devenir.
- À l’inverse, un surnom trop valorisant peut également être néfaste : appeler sa fille « ma Princesse », c’est mignon, mais attention à ne pas en faire une vraie petite princesse qui veut tout, tout de suite, et n’accepte pas le refus.

Autrement dit, un surnom, ça colle à la peau, bien qu’affectif, soyez dosés par rapport à comment vous appelez votre enfant si vous ne voulez pas vous retrouvez avec un « Monstro » en puissance. Puis il faut bien l’avouer, nous avons tous aimé (et aimons encore) quand nos parents nous appellent par nos petits surnoms bien à nous qui ne ressemblent à aucun autre.

Source : www.famili.fr



Le reste de l'actualité

Le Village des Enfants : premier parc d'attractions éco-responsable
Le plus grand parc d'attractions du Languedoc-Roussillon vous propose 40 000m² de loisirs en famille !
Le Titanic nouvelle destination touristique ?
Après la Lune et l'espace, le prochain terrain d'exploration pour les touristes pourrait être les profondeurs des océans.
À vélo, les enfants doivent désormais porter un casque.
Son port était recommandé, il est désormais obligatoire : à partir de mercredi 22 mars, la loi impose aux moins de 12 ans de porter un casque à vélo. Par cette mesure, les autorités espèrent voir cette pratique se diffuser par ricochet chez les cyclistes de tous âges.
Printemps 2017 : Quali-Famille change de dimensions
Créé en 2013, Quali-Famille, premier réseau qualité référençant des établissements touristiques véritablement adaptés aux familles, lance à l’aube des vacances de printemps son nouveau site Internet.
Avoir des enfants augmente l’espérance de vie, surtout pour les hommes.
Avoir des enfants augmenterait l’espérance de vie d’en moyenne deux ans pour les hommes et un peu plus d’un an pour les femmes.
La famille, valeur sûre des français
Un baromètre "confiance et bien-être 2017" Mgen/Solidaris vient d'être publié. La famille représente une valeur essentielle pour la majorité des Français. Ils se disent satisfaits de leur vie actuelle, même s'ils s'avouent inquiets pour l'avenir de leurs enfants et petits-enfants.
Les 5 noms préférés donnés aux grands-mères par leurs petits enfants
Devenir grand-mère est une nouvelle et merveilleuse étape dans la vie. Parmi les premières interrogations, il y a comment va-t-on se faire appeler ? Les réponses…
Le Château de Chaussy : pour des moments privilégiés en famille
Un accueil chaleureux, au calme, dans un cadre exceptionnel au soleil pour des vacances familiales à 10 km de Vallon-Pont d’Arc, des Gorges de l’Ardèche et de la Caverne du Pont d’Arc.
Ouverture 2017 du camping E Canicce : un camping entre montagnes et rivière
Localisé à la croisée des chemins entre Bastia, Calvi et Corte, sur un site paradisiaque, le Camping E Canicce vous accueille à partir du 4 mars.
Idées reçues sur la fièvre
La fièvre est un sujet d’angoisse pour la plupart des parents. Pourtant, le plus souvent, cette réaction spontanée de l’organisme à une infection ne représente pas de danger. Pour vous aider à y voir plus clair, le Docteur Grégoire Benoist, pédiatre, fait le tour des idées reçues.
Les pires prénoms donnés en France
Tuba, Bruce-Lee, Merci-Mireille : non, vous n’êtes pas en train de jouer à Monsieur Madame ! Vous êtes en train de découvrir quelques-uns des prénoms les plus farfelus donnés à des bébés ces dernières années en France.
Bonheur : comment l'apprendre aux enfants ?
Quel parent n’a pas rêvé voir ses enfants croquer la vie à pleines dents et s’épanouir pleinement dans son environnement ? Mais comment cultiver en eux le goût du bonheur, de la joie de vivre et de l’optimisme ? Découvrez quelques recettes.
10 (petits) défauts des enfants qui nous énervent un peu...
Les enfants, bien qu'ils soient le plus souvent très mignons, ont certains défauts sur lesquels on s'accordera tous. En fait ils ont tous les mêmes défauts. A force de les observer, Serial Mother a listé ces petits défauts bien énervants pour les parents. Attention vous risquez de reconnaître des scènes de votre vie quotidienne ci-dessous. Si oui, c’est que tout est normal.
Vacances en famille, quelques conseils pour se fabriquer des souvenirs inoubliables
En partenariat avec une équipe de chercheurs de l’université du Texas, Home Away Abritel (centrale de réservation de locations) a suivi des vacanciers avant, pendant et après leurs vacances pour comprendre et analyser les facteurs qui influent sur la formation des souvenirs de vacances.
Les français ont moins de vacances qu’au Moyen-Âge!
Oyé, oyé ! Lorsque l’on pense au Moyen-Âge, on s’imagine souvent la vie des paysans avec très peu de temps libre et beaucoup de travail. Et bien non…

Qui sommes-nous ?

Retrouvez grâce à Quali-Famille, une sélection d’hébergements, de loisirs et de restaurants adaptée à toutes les familles pour les sorties, les week-ends et les vacances!

En savoir plus